Christophe Bouin

Christophe, c'est le complice de Pierre Jacquet avec qui il a collaboré en lui écrivant plusieurs textes de chansons.


22 rue du pressoir

Je reste au vingt deux , de la rue du pressoir ,

des badauds plein le lieu , et moi sur le trottoir ,

avec mon compagnon , qui n'aboie plus jamais ,

à tort , ou à raison , peut être résigné .

 

Refrain           Ô dame si jolie , en robe et d'un parfum ,

                        qui taversez mon lit , le voilant de satin ,

                        seul pour vous je souris , faite le pour moi aussi ,

                        je ne fais pas la manche , aujourd'hui c'est dimanche,

                        juste un petit bonjour , demain il fera jour ,

                        jus te un petit bonjour , demain il fera jour .

 

De la vitrine en face , le reflet du mépris ,

sur le panneau de glace , mon portrait agrandi ,

je plonge dans un poême , ce cliché je le fuie ,

noyé entre les thémes d'un ouvrage de VIGNY .

 

Refrain

 

A l'heure d'un rendez vous , s'allumeront pour nous

les feux de la raison , une étoile retrouvée ,

puis nous cheminerons rien que les bons cotés ,

bras dessus , bras dessous , et le chien qui s'en fout .

 

Refrain

Salut d’artiste

 

Quand le feu ne sera , plus que dense fumée ,

Sous le rideau tombé , je serai encore là ,

Comme une terre sortie , de son chemin d’étoiles ,

Je blanchirai la nuit , de songes et de cristal.

 

Je brûle de vous revoir

Un autre jour un autre soir

Je brûle de vous savoir

Dans mes silences dans mes espoirs

Je brûle de vous revoir

Je brûle de vous revoir

Je brûle de vous revoir

Un autre jour un autre soir

 

Alors dans ce miroir , je m’abandonnerai ,

Au fil de ma mémoire , et je contemplerai ,

Les rêves et les torrents , de tracs et de tourments ,

Apporter dans leur flot , des milliers de bravos.

 

   Refrain

 

Puis je retournerai , à la réalité ,

Comme par défaut d’aura , sans visage que moi ,

Trop seul j’irai dormir , retrouver mon vieux lit ,

De quelques souvenirs , je referai ma vie.

 

Refrain



-  La Douleurs d’ aimer -

________

                                                                  Paroles: Christophe  BOUIN

                                                                  Musique : Pierre JACQUET-ROUSIER

                                                                                   

          I                                                                                   IV

 

Quand le souvenir me vient,                                        Nos yeux au matin s’avouent

Que nul ne pouvait, ni liens                                     Un tendre chagrin se disent          

Ni dieux nous serrer les mains                                    Tous les lendemains pour nous        

Que pour nous unir sans fin,                                         Des amours mutins se tissent         

Que pour se garder, en vain, )                                  Gardant leurs secrets fort bien )         Bis

Quand notre passé revient    )  Bis                            Quand notre passé revient       )    

 

             II        

Nos bras s'offrent au Soleil                           Refrain final (bis) :

Nos lèvres goûtent aux treilles,                                    

Le fruit des loges tenues                                                     D'azur et de blanc, au ciel

Aux champs des forges perdues,                                               Coule un même sang, de miel,

Gardant nos secrets fort biens )                                      Que boivent les coeurs damnés

Quand notre passé revient     ) bis                                         Contre la couleur d'aimer

                                                                                                Contre la douleur d’aimer

                                                                                                Contre la couleur d'aimer

Refrain :                                                                                  Contre la couleur d'aimer

 

D'Azur et de blanc, au ciel,      )

Coule un même sang, de miel      )

Que boivent les coeurs damnés    )            Bis

Contre la douleur d'aimer                 )

     

III       

 

Nos ombres le soir naissent

D'un feu et d'une folie

Des ondes en Loire glissent                           

Aux reflets des lunes en pluies

Gardant nos secrets fort bien   )

Quand notre passé revient       )   bis